<
 
 
 
 
×
>
Vous consultez une page Web conservée, recueillie par Bibliothèque et Archives Canada le 2007-05-16 à 09:31:20. Il se peut que les informations sur cette page Web soient obsolètes, et que les liens hypertextes externes, les formulaires web, les boîtes de recherche et les éléments technologiques dynamiques ne fonctionnent pas. Voir toutes les versions de cette page conservée.
Chargement des informations sur les médias

You are viewing a preserved web page, collected by Library and Archives Canada on 2007-05-16 at 09:31:20. The information on this web page may be out of date and external links, forms, search boxes and dynamic technology elements may not function. See all versions of this preserved page.
Loading media information
X
Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives Canada
Élément graphique EnglishContactez-nousAideRechercheSite du Canada
AccueilÀ notre sujetQuoi de neuf?À l'affichePublications

Logo des Nouvelles de la Bibliothèque nationale   Article pécédent   Sommaire   Article suivant

Nouvelles de la Bibliothèque nationale
Juin 1997
Vol. 29, no 6

La mise en commun des ressources à l'aube du troisième millénaire

par Deborah Maxwell,
chef, Section du soutien des opérations, Division du catalogue collectif

Le 19 février dernier, le Comité du catalogue collectif du Conseil des bibliothèques du gouvernement fédéral tenait une session d'information sur l'avenir du catalogue collectif de la Bibliothèque nationale. La session visait à répondre aux préoccupations des milieux bibliothéconomiques fédéraux quant à la participation au catalogue collectif et à son développement futur.

David Balatti, directeur des Services bibliographiques à la Bibliothèque nationale du Canada, a ouvert la session en expliquant la politique actuelle de la Bibliothèque concernant le rôle des bibliothèques du gouvernement fédéral par rapport au catalogue collectif. Leur participation est cruciale pour la réussite du catalogue collectif dans son ensemble. Au cours de 1997-1998, la Bibliothèque nationale engagera des ressources pour ajouter au catalogue collectif des notices provenant de 12 autres bibliothèques du gouvernement fédéral par l'entremise du signalement MARA. Les bibliothèques participantes produiront des notices MARC et mettront à jour leurs mentions de fonds dans le catalogue collectif.

Emilie Lowenberg, chef de la Division du catalogue collectif de la Bibliothèque, a examiné les exigences techniques de signalement au catalogue collectif ainsi que les méthodes utilisées par les bibliothèques participantes et la Bibliothèque nationale. La Division du catalogue collectif accepte des signalements des bibliothèques pour tous les types de publications sur tous les supports, notamment des publications en série, des monographies, des microformes, des publications en braille, des imprimés en gros caractères, des partitions, des enregistrements sonores, des fichiers informatiques ainsi que des cartes.

L'un des résultats de l'Examen des programmes, entrepris par les ministères et organismes fédéraux, a débouché sur un recentrage en faveur d'un traitement utilisant la technologie, plutôt que des procédés manuels à la Bibliothèque nationale. La mise à jour du catalogue collectif dépend des acquisitions lisibles par machine (MARA) et du signalement des mises à jour aux mentions de fonds ajoutées au système AMICUS de la Bibliothèque. Pour s'assurer que les programmes de chargement de notices MARA identifient correctement les notices d'arrivée qui correspondent à des notices MARC en ligne existantes dans la base de données AMICUS, et pour éviter le dédoublement de notices dans la base de données, il importe que les bibliothèques participantes respectent des normes établies, notamment le format CAN/MARC et les Règles de catalogage anglo-américaines, 2e édition (révision de 1988). La communication uniforme entre des bibliothèques qui signalent des fonds et la Bibliothèque nationale est également importante.

À la suite des exposés préliminaires, un débat de spécialistes s'est engagé sur deux expériences récentes dans des bibliothèques du gouvernement fédéral concernant le signalement au catalogue collectif par l'entremise de MARA. Parmi les experts figuraient à la fois des représentants des bibliothèques clientes et de leurs fournisseurs de systèmes respectifs. Deux experts du groupe, Diane Rudzevicius, bibliothèque de la Cour suprême du Canada, et Danielle Jacques, Bibliothèque canadienne de l'agriculture, Agriculture et Agroalimentaire Canada, ont décrit l'évolution du signalement MARA à leur bibliothèque. Gretchen Cheung, de Best-Seller, et David Alexander, de Geac, ont présenté tous deux le point de vue des fournisseurs afin d'aider les bibliothèques clientes à signaler des fonds au catalogue collectif.

Diane Rudzevicius a insisté sur le fait que la question essentielle à sa bibliothèque consistait à créer des mécanismes pour empêcher que certaines notices soient signalées au catalogue collectif : par exemple, des notices importées de serveurs bibliographiques, mais non encore analysées à l'interne, et les notices brèves d'acquisition créées au moment de la commande. Elle a expliqué de quelle façon sa bibliothèque et son fournisseur de systèmes, Bestseller, s'y sont pris pour permettre le signalement des retraits du catalogue collectif à l'aide de protocoles de transfert de fichiers (FTP). Gretchen Cheung a parlé du signalement MARA du point de vue du fournisseur. Quelqu'un a suggéré que les bibliothèques du gouvernement fédéral exigent que les soumissionnaires énumèrent leurs produits optionnels dans les demandes de propositions (DP) concernant les nouveaux systèmes. Cela permettra aux bibliothèques d'évaluer tout le potentiel de chaque soumission. La seconde spécialiste des bibliothèques du gouvernement fédéral, Danielle Jacques, a relevé d'autres problèmes dans le signalement au catalogue collectif à l'aide des FTP. Elle a expliqué comment sa bibliothèque a collaboré avec le fournisseur, Geac, et avec la Bibliothèque nationale pour effectuer des modifications dans le signalement. David Alexander, de Geac, a souligné l'importance de la communication. Les experts se sont entendus sur le fait que le signalement MARA nécessite une collaboration entre une Bibliothèque nationale, le fournisseur de systèmes et la bibliothèque qui signale des fonds.

La dernière conférencière, Carrol Lunau, agente de la mise en commun des ressources aux Programmes nationaux et internationaux à la Bibliothèque nationale du Canada, a traité de la question de l'avenir du catalogue collectif de la Bibliothèque nationale à la lumière des travaux en cours qui portent sur la version virtuelle du Catalogue collectif canadien (vvCcc). Elle a insisté pour dire que la création de la vvCcc est un objectif à long terme. La Bibliothèque nationale a lancé un projet contrôlé de liaison des bases de données à l'aide du protocole Z39.50 pour la recherche et le repérage de l'information (voir « Le projet pilote de version virtuelle du Catalogue collectif canadien (vvCcc) », Nouvelles de la Bibliothèque nationale, vol. 29, no 2, février 1997, p. 13-14). Le projet pilote compte 18 participants, notamment des bibliothèques universitaires, publiques et gouvernementales, de même que des consortiums. Les notices collectives du groupe dépassent les 50 millions. Les bibliothèques du gouvernement fédéral ont été invitées à participer à la phase 2 du projet. La Bibliothèque nationale collabore avec des fournisseurs afin d'obtenir des exemplaires d'essais de certains progiciels clients qui seront installés dans des bibliothèques à des fins d'essai durant le projet. En outre, la Bibliothèque nationale élabore une passerelle Z39.50 sur le World Wide Web (W3). La passerelle permettrait aux bibliothèques d'utiliser leur navigateur W3 pour effectuer des recherches dans la vvCcc.

À la fin de la réunion, les participants ont levé la séance pour entamer des sessions de discussion avec des représentants des fournisseurs de logiciels, notamment Geac, Best- Seller, Sirsi, Innovative Interfaces, DRA, International Library Systems et Ameritech, terminant ainsi une réunion intéressante et utile.

Pour plus de renseignements sur le catalogue collectif, communiquer avec :

Emilie Lowenberg
Chef, Division du catalogue collectif
Internet : catalogue.collectif@lac-bac.gc.ca

Pour plus de renseignements sur le projet de version virtuelle du Catalogue collectif canadien, communiquer avec :

Carrol Lunau
Agente de la mise en commun des ressources
Programmes nationaux et internationaux
Internet : web@lac-bac.gc.ca

Adresse postale de ces deux personnes :

Bibliothèque nationale du Canada
395, rue Wellington
Ottawa (Ontario)
K1A 0N4