<
 
 
 
 
×
>
Vous consultez une page Web conservée, recueillie par Bibliothèque et Archives Canada le 2007-05-16 à 09:50:21. Il se peut que les informations sur cette page Web soient obsolètes, et que les liens hypertextes externes, les formulaires web, les boîtes de recherche et les éléments technologiques dynamiques ne fonctionnent pas. Voir toutes les versions de cette page conservée.
Chargement des informations sur les médias

You are viewing a preserved web page, collected by Library and Archives Canada on 2007-05-16 at 09:50:21. The information on this web page may be out of date and external links, forms, search boxes and dynamic technology elements may not function. See all versions of this preserved page.
Loading media information
X
Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Élément graphique Page d'accueil > Explorer les thèmes choisis > Enquêtes sur les naugrages English
Élément graphique

La côte de l'Atlantique

Construit en 1912 pour la compagnie Anchor Donaldson Line, le SS Letitia pèse 8 991 tonnes. Ce navire de ligne en acier à quatre moteurs et hélices jumelles commence sa carrière dans le nord de l'Atlantique comme navire de passagers; il fait la liaison entre Glasgow et Québec et Montréal. Lorsque éclate la Première Guerre mondiale, l'Amirauté britannique réquisitionne le paquebot. Transformé en bâtiment hospitalier, le navire est placé sous les ordres du Service médical royal canadien de la marine et reçoit le titre de HMHS (His Majesty's Hospital Ship).

Le Letitia a pour principale fonction de transporter les soldats blessés d'Europe au Canada. Aussi l'a-t-on modernisé pour qu'il offre aux patients un confort et des soins médicaux de pointe. À bord, un effectif médical et infirmier complet dispose de tout l'équipement qu'on trouve dans un hôpital ultramoderne. Durant ses trois années de service, le HMHS Letitia a navigué avec distinction, accomplissant cinq voyages au cours desquels le paquebot a transporté à Halifax plus de 2 600 soldats blessés.

Les navires-hôpitaux se distinguent des autres vaisseaux par leur peinture et leur éclairage particuliers. Mais ces bateaux, qui ne sont pas des navires de combat, sont quand même la cible de tirs de sous-marins ennemis. Le HMHS Letitia s'engage dans un dangereux voyage lorsqu'il quitte Liverpool en juillet 1917, avec à son bord 137 membres d'équipage, 74 membres de personnel hospitalier et 546 soldats canadiens blessés

La dangereuse traversée se passe bien jusqu'au matin du 1er août, tandis que le brouillard recouvre le large des côtes de la Nouvelle-Écosse. Malgré la visibilité nulle, le capitaine William McNeil continue sa route, postant des membres d'équipage qui tendent l'oreille aux divers sifflements, cloches de bouées et coups de cornes de brume signalant aux navires les dangereux hauts-fonds qui menacent l'arrivée au port de Halifax.

Grâce à la méthode du « point estimé » utilisée pour établir sa position, le capitaine chevronné entend le coup de sifflet du bateau-pilote qui approche. Le pilote monte à bord pour guider le Letitia dans le brouillard, entre les bouées invisibles, jusqu'à l'entrée du port.

Pendant que le pilote continue sa route, personne ne prend conscience qu'il a mal estimé la position du bateau. Quelques minutes plus tard, le capitaine aperçoit un objet sombre et très proche. Il ordonne une marche arrière, mais il est trop tard, le Letitia vient d'échouer sur le haut-fond connu sous le nom de Portuguese Cove. Le capitaine tente de rebrousser chemin, mais les cales sont percées et le navire menace de se briser, de glisser du haut-fond et de sombrer dans le port, emportant tous les blessés à son bord. Le capitaine lance un appel à l'aide pour évacuer les passagers. Des bateaux se trouvant dans les parages viennent prêter main-forte et accueillent à leur bord tous les passagers, qui quittent le Letitia sans incident. Le capitaine et les membres d'équipage demeurent à bord jusqu'au lendemain matin, au moment où, le bateau brisé s'enfonçant dans l'eau, le capitaine ordonne de le quitter.

Incroyablement, compte tenu des risques encourus par les bâtiments hospitaliers naufragés, cet accident ne fait qu'une seule victime : un membre d'équipage se noie au moment où il tente de gagner la rive à la nage. Au cours de l'enquête, le témoignage du capitaine McNeil, qui s'était entièrement fier au pilote, incrimine ce dernier, qui ignorait l'emplacement des bouées. Cette lacune était d'autant plus grave que les pilotes devaient, en temps de guerre, déplacer les bouées afin de protéger le port. Reconnu coupable d'avoir manqué de jugement, le pilote est rétrogradé.

Shipwreck InvestigationsEn 1925, le Letitia est honoré pour ses états de service, et le Letitia II, mis à l'eau, sert de navire-hôpital durant la Seconde Guerre mondiale. L'épave du Letitia, échouée à l'entrée du port de Halifax, au sud de Portuguese Cove, attire de nombreux plongeurs.

Références

Bibliothèque et Archives Canada. RG 42, série B-1, vol. 595, dossier « Letitia ».

Bibliothèque et Archives Canada. RG 42, série B-1, vol. 269, dossier 39305.

Bibliothèque et Archives Canada. RG 150, série 1, vol. 274, dossier « Hospital Ship ».

Maritime Museum of the Atlantic. « Letitia ». Marine Heritage Database.
http://museum.gov.ns.ca/mma/wrecks/wrecks/shipwrecks.asp?ID=2818
(consulté le 30 novembre 2005) (en anglais seulement).

The World War I Document Archive. Royal Canadian Naval Medical Service. http://www.gwpda.org/naval/rcnmed00.htm
(consulté le 30 novembre 2005) (en anglais seulement).


Élément graphique