<
 
 
 
 
×
>
Vous consultez une page Web conservée, recueillie par Bibliothèque et Archives Canada le 2007-05-17 à 13:57:24. Il se peut que les informations sur cette page Web soient obsolètes, et que les liens hypertextes externes, les formulaires web, les boîtes de recherche et les éléments technologiques dynamiques ne fonctionnent pas. Voir toutes les versions de cette page conservée.
Chargement des informations sur les médias

You are viewing a preserved web page, collected by Library and Archives Canada on 2007-05-17 at 13:57:24. The information on this web page may be out of date and external links, forms, search boxes and dynamic technology elements may not function. See all versions of this preserved page.
Loading media information
X
Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives Canada
Élément graphique EnglishContactez-nousAideRechercheSite du Canada
AccueilÀ notre sujetQuoi de neuf?À l'affichePublications

Bannière : Le Gramophone virtuel
Élément graphiqueIntroductionÉcouteRecherche dans la collection
  

Une chronologie de l’industrie du son, 1878-1924

L’histoire des débuts de l’industrie de l’enregistrement sonore peut s’avérer extrêmement déroutante puisque cette histoire est jalonnée d’une multitude d’entreprises (souvent portant des noms pratiquement identiques) ainsi que des relations d’affaires complexes. Ce tableau vise à apporter quelque lumière sur le sujet.

Élément graphique vert Compagnies Edison Élément graphique rouge Compagnies Bell et Columbia
Élément graphique jaune Compagnies Berliner et Victor Élément graphique gris Compagnies indépendantes

Les noms de compagnies canadiennes ainsi que les noms de compagnies étrangères commençant à fabriquer ou à distribuer des disques au Canada, sont indiqués en caractères gras.

ANNÉE COMPAGNIE DESCRIPTION
1878 Élément graphique green Edison Speaking Phonograph Co. Composée de cinq détenteurs d’actions, dont Gardiner G. Hubbard (le beau-père d’Alexander Graham Bell), la compagnie achète les droits d’auteur du phonographe à recouvrement d’étain pour la somme de 10 000 $, et la garantie de 20 % des profits à venir. Celle-ci cède des options de démonstration à des fins de promotion.
1885 Élément graphique rouge Volta Graphophone Co. Établie par M. Bell et ses associés afin de faire la démonstration et la promotion du graphophone.
1886 Élément graphique rouge American Graphophone Co. Établie par MM. Bell et Tainter dans un but de fabrication et de vente de graphophones aux États-Unis et au Canada en vertu d’un contrat de licence avec la Volta Graphophone Co.
1887 Élément graphique vert Edison Phonograph Co. M. Edison achète les éléments d’actifs de l’Edison Speaking Phonograph Co. qu’il reconstitue sous le nom Edison Phonograph Co.
1888 Élément graphique gris North American Phonograph Co. Établie par Jesse Lippincott dans le but de constituer un réseau de ventes de phonographes et de gramophones comme appareils sténographiques aux compagnies locales. M. Lippincott investit 200 000 $, dans l’American Graphophone Company et convient d’acheter 5 000 appareils par année en échange des droits de vente du graphophone (sauf pour la Virginie, le Delaware et le District of Columbia). Il achète encore les droits relatifs aux brevets d’Edison pour la somme de 500 000 $ et les droits exclusifs de vente du phonographe aux États-Unis d’Ezrah T. Gilliand (qui l’avait au préalable acheté d’Edison pour la somme de 250 000 $) en laissant à M. Edison les droits de fabrication.
Élément graphique vert Edison Phonograph Works Établie dans le but de fabriquer et de développer le phonographe même si les brevets et les droits de vente sont détenus par la North American Phonograph Co.
1889 Élément graphique rouge Columbia Phonograph Co. Un groupe d’hommes d’affaires, autorisés par l’American Graphophone Company à vendre des graphophones à Washington, DC, établissent la Columbia Phonograph Company. Elle est autorisée par la North American Phonograph Company, sous contrat de licence, à vendre des phonographes dans la même région.
1893 Élément graphique jaune United States Gramophone Co. Fondée par Emile Berliner afin d’attirer des investissements pour son gramophone. Il s’assure les services de Fred Gaisberg, qui a déjà acquis de l’expérience dans l’enregistrement sonore, pour l’aider dans cette tâche. Ensemble, ils trouvent des investisseurs à Philadelphie qui vont contribuer 25 000 $.
Élément graphique rouge American Graphophone Co.
Columbia Phonograph Co.
Le président de la Columbia acquiert le contrôle de l’American Graphophone Company.
1894 Élément graphique gris Pathé Frères Compagnie fondée à Paris par les frères Charles et Émile Pathé dans le but de fabriquer leur propre machine parlante, qu’ils appellent d’abord Le Coq, puis Pathéphone.
1895 Élément graphique jaune Berliner Gram-o-phone Co. Établie à Philadelphie, elle fabrique tous les équipements et les disques en vertu d’une licence pour l’U. S. Gramophone Co., de Washington.
Élément graphique rouge American Graphophone Co.
Columbia Phonograph Co.
Les deux compagnies sont consolidées : la première est chargée du développement et de la fabrication et la deuxième de la distribution et des ventes.
1896 Élément graphique jaune National Gramophone Co. Fondée par Frank Seaman pour assumer la distribution et la publicité relatives au gramophone et impartie des droits exclusifs de vente.
Élément graphique vert National Phonograph Co. Après avoir dissous la North American Phonograph Company et sauvé les brevets du phonographe, M. Edison fonde la National Phonograph Co. pour fabriquer et distribuer des phonographes conçus pour les foyers.
1898 Élément graphique jaune The Gramophone Company (Angleterre) William Barry Owen et E. Trevor Williams fondent cette compagnie à Londres pour fabriquer des gramophones et des disques pour l’Europe.
1899 Élément graphique jaune E. Berliner, Montreal Fondée par Emile Berliner pour détenir les droits exclusifs de fabrication et de distribution de gramophones et de disques au Canada.
1900 Élément graphique gris

Élément graphique vert
R.S. Williams & Sons À cette époque, R. S. Williams, un fabricant d’instruments de Toronto, commence à faire la distribution pour le compte d’Edison.
Élément graphique jaune The Gramophone & Typewriter Company Ltd. The Gramophone Company (en Angleterre) change de nom.
1901 Élément graphique jaune Victor Talking Machine Co. Fondée par Eldridge Johnson pour représenter les intérêts de Berliner aux États-Unis.
1904 Élément graphique jaune Berliner Gram-o-phone Company of Canada La compagnie E. Berliner, Montréal, est restructurée et renommée. Elle est incorporée et ses directeurs sont Emmanuel Blout, Joseph Sanders et Herbert Berliner.
Élément graphique rouge Columbia Phonograph Co. Débute ses opérations au Canada et établit son siège social à Toronto et des bureaux à Hamilton, Montréal et Brantford, en Ontario.
1906 Élément graphique rouge Columbia Graphophone Company L’American Graphophone Company est restructurée et son nom change pour refléter ses liens avec la Columbia.
1907 Élément graphique jaune The Gramophone Company (Angleterre) La Gramophone & Typewriter Company retrouve son ancien nom. La compagnie déménage l’entreprise de Londres à Hayes.
1909 Élément graphique jaune Berliner Gram-o-phone Company Emile Berliner assume la présidence de Berliner of Canada, restructurée et renommée. La compagnie se lance dans la vente de disques sous l’étiquette His Master’s Voice, à partir d’originaux provenant de la Gramophone Co., d’Angleterre et de France. L’étiquette His Master’s Voice sert plus tard à lancer une série d’enregistrements canadiens en anglais (1916) et en français (1918).
1910 Élément graphique vert Thomas A. Edison, Inc. Les diverses entreprises de fabrication de Thomas Edison sont regroupées et réunies en une corporation.
1913 Élément graphique gris Canadian Vitaphone Company Fondée à Toronto et dirigée par W. R. Fosdick, ancien gérant de la His Master’s Voice Ltd., de Toronto. Cette compagnie fabrique le Vitaphone, un appareil à tourner des disques muni d’un bras acoustique de bois et d’un lecteur acoustique stationnaire, et importe des disques Columbia pour les mettre en circulation sous ses propres étiquettes.
1914 Élément graphique gris Pathé Frères Se lance dans la distribution, au Canada, par le biais de J. A. Hurteau & Co. Ltd., de Montréal, et de M. W. Glendon, de Toronto.
1915 Élément graphique gris Starr Piano Co. Cette compagnie commence à faire le tirage de disques à impression verticale aux États-Unis.
1916 Élément graphique gris Brunswick-
Balke-
Collender Co.
Cette compagnie commence à faire le tirage de disques à impression verticale aux États-Unis.
1917 Élément graphique gris Brunswick-
Balke-
Collender Co. of Canada
Ouvre une manufacture à Toronto pour fabriquer la machine parlante Ultona. En 1920, elle ajoute la fabrication de disques à ses activités.
Élément graphique gris Canadian Phonograph Supply Co. Elle se lance dans l’importation des disques de marque Starr.
1918 Élément graphique gris Compo Company Établie à Lachine, au Québec, par Herbert Berliner dans le but de fabriquer des disques au Canada pour des compagnies indépendantes (p. ex., les étiquettes Starr et Starr-Gennett pour Starr). Elle produit par la suite ses propres étiquettes (Sun, Apex).
Élément graphique rouge Columbia Graphophone Manufacturing Company La compagnie Columbia est restructurée.
Élément graphique gris Pathé Frères Phonograph Co. of Canada S’établit à Toronto.
1924 Élément graphique rouge Columbia Phonograph Co., Inc. Louis Sterling de la Columbia Phonograph Co., Ltd. de London se porte acquéreur de la Columbia et la restructure.
Élément graphique jaune Victor Talking Machine Company of Canada La Victor Talking Machine Co. (des États-Unis) prend contrôle des intérêts de la Berliner Gram-o-phone Company et lui donne un nouveau nom.