<
 
 
 
 
×
>
Vous consultez une page Web conservée, recueillie par Bibliothèque et Archives Canada le 2007-05-25 à 06:47:13. Il se peut que les informations sur cette page Web soient obsolètes, et que les liens hypertextes externes, les formulaires web, les boîtes de recherche et les éléments technologiques dynamiques ne fonctionnent pas. Voir toutes les versions de cette page conservée.
Chargement des informations sur les médias

You are viewing a preserved web page, collected by Library and Archives Canada on 2007-05-25 at 06:47:13. The information on this web page may be out of date and external links, forms, search boxes and dynamic technology elements may not function. See all versions of this preserved page.
Loading media information
X
Sauter les liens de navigation (touche d'acc?s : Z)Biblioth?que et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Élément graphique Page d'accueil > Sport > Hockey English
Élément graphique
Banni?re : Regard sur le hockeyVersion pour les jeunes
Élément graphiqueArticles sur le hockeyExplorer par :Th?meDécenniePhotoArticle
Élément graphiqueÉlément graphique Recherche avancée Élément graphique
Élément graphiqueIntroductionLes origines du hockeyLes débuts du hockeyLes traditions canadiennes-françaisesLe hockey internationalLe hockey autochtoneLe hockey fémininLe hockey communautaireÉlément graphique Titre de section : Les débuts du hockey

Au début des temps…

Il revient aux membres des Forces armées britanniques d'avoir employer les premiers le terme « hockey » dans ce que nous connaissons aujourd'hui comme le Canada dans leurs voyages à l'étranger. L'explorateur de l'Arctique sir John Franklin a noté que ses membres d'équipage, dont des hommes de la Marine royale britannique, pratiquaient le hockey sur glace à Fort Franklin, dans les Territoires du Nord-Ouest, en 1825. Dix-huit ans plus tard, en 1843, un officier de l'armée britannique rapportait dans son journal intime qu'il avait appris à patiner et à jouer au hockey sur glace à Kingston, dans le Haut-Canada.

À la même période, on pratiquait dans les Maritimes un jeu enlevant qui ressemblait au base-ball et qu'on appelait le « wicket », ou encore le « ricket » -- noms dérivés de l'ancien jeu de cricket britannique. Jouées à patins par les résidants de Halifax et de Dartmouth, selon des règles rudimentaires et suivant le proverbe « Plus on est de fous plus on rit », les parties constituaient plus un divertissement populaire que des compétitions sportives.

Le jeu tel que nous le connaissons aujourd'hui a été structuré à Montréal, dans les années 1870, lorsque James George Aylwin Creighton, originaire de Halifax, a proposé l'introduction d'un jeu qu'il avait vu jouer dans sa ville natale. Le jeu devait servir d'entraînement durant l'hiver pour les joueurs de rugby et de football. Ce jeu, c'était le hockey.

Plutôt que de jouer sans règlements, comme cela se faisait à Halifax, les Montréalais ont décidé de réglementer le jeu. Les règlements ont été inspirés et adaptés de ceux qui régissaient les sports qu'ils pratiquaient déjà, dont le rugby et la crosse; ce dernier sport s'était développé à partir d'un jeu que pratiquaient les Autochtones pour se divertir, le baggataway. En déplaçant l'action d'une grande surface glacée à l'extérieur à l'espace plus exigu d'une patinoire intérieure, on a dû par conséquent restreindre le nombre de joueurs, celui-ci passant de 19 à 9, puis à 8, et ensuite à 7. Par ailleurs, avec l'institution du Carnaval d'hiver de Montréal en 1883, au cours duquel on a présenté des matchs opposant des équipes de hockey de divers endroits, dont Ottawa et Québec, l'adoption de règles reconnues par tous devenait impérative.

La « canadianisation » du hockey s'est effectuée lors de la fondation, à Montréal, en 1886, de la première organisation officielle régissant ce sport, l'Association canadienne de hockey amateur; son mandat consistait à perfectionner, à promouvoir et à perpétuer la pratique de ce sport. Les buts se sont alors éloignés des extrémités de la patinoire, on a introduit la notion de « punition » et on a précisé que la « rondelle » consistait en un disque vulcanisé de un pouce d'épais sur trois pouces de diamètre.

À la fin des années 1880 et au début des années 1890, le jeu a pris ensuite de l'essor en Ontario et au Manitoba; il a été introduit aux États-Unis par la suite à l'occasion de tournois. C'est alors que Lord Stanley, gouverneur général du Canada à l'époque, emballé par ce jeu époustouflant disputé sur glace, a fait don d'une coupe à remettre au vainqueur dans le cadre d'une compétition annuelle. Depuis lors, la Coupe Stanley est devenue l'un des trophées les plus convoités du sport d'hiver national du Canada.

J.W. (Bill) Fitsell

Pour une mise à jour à ce sujet, veuillez consulter les liens suivants :
Page tirée du livre SIR JOHN FRANKLIN'S JOURNALS AND CORRESPONDENCE... 1825-1827 qui fait référence au patinage
Page tirée du livre Sir John Franklin's journals and correspondence : the second Arctic land expedition, 1825-1827
Copyright/Source
http://eir.library.utoronto.ca/champlain/search.cfm?lang=fre
Tapez « skating journal » dans la case de recherche. Cliquez sur « 132 » pour voir cette page du journal intime de sir John Franklin.

www.canadiana.org/ECO/mtq
Tapez « Franklin hockey » dans la case de recherche. Cliquez sur « 126 » pour voir cette page dans The Life of Sir John Franklin.

Élément graphique? propos du siteLivres et liensRessources pédagogiquesDroits d'auteur/SourcesÉlément graphique

Élément graphique